Rendre les entreprises plus responsables du réchauffement de la planète

Rendre les entreprises plus responsables du réchauffement de la planète

Temps de lecture :8 Minute, 26 Seconde

Un guide sur la façon dont nous pouvons tenir les entreprises plus responsables : Alors que les préoccupations croissantes concernant le changement climatique atteignent leur niveau le plus élevé, les individus du monde entier ont commencé à mettre en place des mesures écologiques dans leur vie quotidienne. Qu’il s’agisse d’installer un thermostat domestique intelligent ou de recycler autant que possible, les gens font ce qu’ils peuvent pour investir dans un avenir plus vert.


Par Amanda Winstead

Lorsqu’il s’agit d’entreprises, cependant, c’est une autre histoire. Selon un rapport révolutionnaire publié en 2017., « Les produits de seulement 100 entreprises privées et publiques de combustibles fossiles étaient liés à 71 % des émissions industrielles mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. »

Cela signifie que, quelle que soit la quantité de recyclage et de réduction des déchets que nous mettons en œuvre dans notre vie quotidienne, les militants du changement climatique doivent tenir les entreprises davantage responsables si nous voulons surmonter le défi palpable du réchauffement climatique.

Pourquoi nous devons demander des comptes aux entreprises

Depuis 1965 – date à laquelle les entreprises de combustibles fossiles ont commencé à comprendre leur impact négatif sur l’environnement – les experts ont constaté que seulement 20 entreprises de combustibles fossiles étaient responsables de plus d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre.

De telles attitudes ne sont pas nouvelles dans le monde de l’entreprise. Les fabricants de produits contenant de l’amiante ont intentionnellement dissimulé le lien entre l’amiante et le mésothéliome pendant des années, entraînant de graves conséquences pour la santé et la mort de millions d’employés dans le monde entier. Un directeur d’entreprise a même écrit : « Si vous avez eu une belle vie en travaillant avec des produits à base d’amiante, pourquoi ne pas en mourir ? »

L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a tenté d’interdire l’amiante dans les années 1980, mais elle a été contrecarrée par les grandes entreprises, qui ont affirmé qu’elles seraient ruinées si l’interdiction était adoptée. Le tribunal a décidé que l’EPA n’avait pas le pouvoir d’interdire l’amiante et que les entreprises s’en tiraient à bon compte.

Des histoires comme celle-ci prouver la dissimulation de l’industrie de l’amiante et révèlent une tendance plus large dans le monde des affaires : certaines entreprises sont prêtes à faire presque n’importe quoi pour obtenir de meilleurs rendements financiers, même au détriment de la santé et du bien-être du public.

Les décès et les handicaps humains généralisés ne suffisent pas à modifier l’action des entreprises, et lorsqu’il s’agit du changement climatique, les entreprises ont encore moins de chances de faire face à une réaction brutale. Mais la lutte contre le changement climatique est un combat difficile, et l’une de ses batailles les plus difficiles reste à venir – elle réside dans notre volonté de tenir les entreprises davantage responsables de leur impact sur l’environnement.

Tenir les entreprises plus responsables : de l'argent autour d'une graine
Pourquoi nous devrions demander aux entreprises de rendre des comptes ?

Une voie vers le changement

Avant d’inciter les entreprises à changer, il est important de savoir que toutes les entreprises ne sont pas égales. Certaines, comme Google, s’efforcent honnêtement de favoriser le changement, tandis que d’autres ne peuvent pas en dire autant. Les entreprises du secteur de l’énergie sont les principales coupables. Non seulement leur modèle économique initial repose sur l’extraction de ressources naturelles, mais elles sont aussi de gros pollueurs.

L’industrie alimentaire et des boissons est un autre secteur hostile à l’environnement. En effet, les 15 premières entreprises américaines du secteur de l’alimentation et des boissons « génèrent près de 630 millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre chaque année ». Ces chiffres sont basés sur des données déclarées par les entreprises, ce qui signifie qu’ils sont probablement inférieurs aux niveaux d’émission réels. Coca-Cola et Pepsi figurent également parmi les 20 entreprises qui polluent le plus les océans.

En confiant l’impact environnemental à leurs chaînes d’approvisionnement, les entreprises ont réussi à éviter les reproches ces dernières années.mais la pression accrue des gouvernements et des groupes d’activistes peut mettre à mal cette négligence.

Heureusement, il existe plusieurs moyens d’aborder la question de la responsabilité environnementale des entreprises.

Embauche dans le secteur du développement durable

L’une de ces voies consiste à investir dans des opportunités de carrière durables. Alors que les réglementations gouvernementales continuent progressivement à restreindre les émissions des entreprises, une surveillance est nécessaire pour aider les entreprises à mettre en œuvre des changements écologiques, afin de garantir que les initiatives sont sûres et conformes aux normes.

Autres carrières dans le domaine de la durabilité comprennent les urbanistes, les hydrologues et les spécialistes de la conservation. Selon le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, tous ces emplois devraient connaître une augmentation dans les années à venir, ce qui en fait des choix de carrière à long terme. Alors que les entreprises cherchent à atténuer leur impact sur l’environnement et à éviter l’écoblanchiment, les professionnels de l’environnement promettent d’avoir un impact important.

Ils sont également un moyen de rendre les entreprises plus responsables du respect des normes de tiers, ce qui peut réduire considérablement la pollution d’une entreprise. Si les 15 principales industries américaines de l’alimentation et des boissons étaient un pays, elles émettraient plus de gaz à effet de serre que l’Australie, qui se classe 14e dans la liste des émissions de gaz à effet de serre par pays. La réforme des entreprises est sans conteste la voie la plus rapide vers une victoire contre le changement climatique.

L’éco-conscience était autrefois synonyme de perte financière, mais ce n’est plus le cas. En raison des avantages à long terme des mesures écologiques, tant financiers qu’environnementaux, les consommateurs sont désormais désireux de consommer des produits et des services qui souscrivent à un modèle économique respectueux de l’environnement.

Devenir neutre en carbone

Créer une société consciente du carbone est un moyen pour les entreprises de se démarquer de la concurrence tout en contribuant à la protection de l’environnement. Google a été un pionnier dans ce domaine, en atteignant la neutralité carbone en 2007.

Depuis l’année dernière, l’entreprise a également acheté suffisamment de crédits de compensation carbone pour annuler toutes les émissions depuis sa conception en 1998. Imaginez l’impact que cela aurait si toutes les grandes entreprises suivaient le modèle de Google. Le nouvel objectif de l’entreprise est ambitieux dans la lutte contre le changement climatique : faire fonctionner l’ensemble de l’entreprise avec de l’énergie sans carbone d’ici 2030.

Des entreprises comme Apple et même BP suivent le mouvement et visent à atteindre des émissions nettes nulles dans les décennies à venir. Les entreprises peuvent prendre les premières mesures concrètes pour créer une société écologique en identifiant les inefficacités, en ciblant des projets spécifiques de réduction de la consommation d’énergie et en compensant les émissions de carbone.

Impliquer le gouvernement

Cependant, les entreprises privées ne sont pas les seules institutions puissantes capables d’introduire des changements. Les gouvernements locaux et nationaux peuvent prendre des mesures qui ont un impact tout aussi important, en concevant des villes plus durables et plus vivables pour leurs habitants. Les organes gouvernementaux ont un pouvoir particulier en matière de pollution atmosphérique, car ils peuvent mettre en place des mesures pour limiter le trafic automobile et contrôler les émissions des activités portuaires.

Dans le monde d’aujourd’hui, plusieurs grandes villes ont fait de grands progrès dans la lutte contre la pollution de l’air.l’une des principales causes des problèmes de santé dans les villes. La Chine est l’une des nations les plus connues en matière de pollution atmosphérique.

La Chine étant le pays qui compte le plus grand nombre de mégapoles, on estime que son développement effréné est à l’origine d’une pollution de l’air si importante qu’elle est à l’origine d’un grand nombre de problèmes de santé. plus d’un million de personnes meurent prématurément chaque année. en conséquence. La lutte de Pékin contre la pollution de l’air a commencé en 1998 et, dix ans plus tard, la ville est parvenue à réduire de 35 % la concentration de particules dans l’air, tout en poursuivant sa croissance économique.

Suivant l’exemple de la Chine, des villes comme Delhi et Los Angeles ont également réussi à réduire les niveaux de pollution atmosphérique grâce à des plans d’intervention ciblés et à des subventions gouvernementales qui permettent à un plus grand nombre de résidents de passer à l’énergie durable.

Une fois que les entreprises ou les gouvernements ont lancé le mouvement de la durabilité, il est peu probable qu’il s’arrête. Bien que la ville de Los Angeles ait réussi à réduire la pollution atmosphérique à 40 % de sa concentration initiale, son prochain objectif est de mettre en œuvre une technologie à émissions nulles d’ici 2030, ce qui représente une avancée considérable dans la lutte contre le changement climatique.

L’espoir d’un avenir plus vert

Les conséquences de la crise environnementale à laquelle notre planète est confrontée vont bien au-delà de nos foyers. La nature est indifférente aux frontières municipales et aux intérêts des grandes entreprises. Pour parler franchement, si nous ne parvenons pas à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre chaque décennie d’ici à 2050, nous serons très certainement en grand danger.

Plus le pollueur est gros, plus l’impact de la réforme sera important. La voie la plus efficace pour atteindre un objectif aussi ambitieux n’est pas de mettre en œuvre des techniques de séquestration du carbone ou de réduire l’empreinte carbone individuelle, bien que ces mesures ne puissent qu’aider la cause ; c’est de tenir pour responsables les entreprises responsables de la majorité des émissions.

La lutte contre le changement climatique est le défi le plus difficile que l’humanité ait eu à relever jusqu’à présent, mais malgré tous les dégâts que nous avons causés, il n’est pas trop tard pour éviter un changement climatique grave si nous pouvons rendre les entreprises plus responsables. Êtes-vous prêt à relever le défi ?


A propos de l’auteur

Amanda Winstead est un écrivain qui se concentre sur de nombreux sujets, notamment la technologie et le marketing numérique. En plus d’écrire, elle aime voyager, lire, faire de la musculation et aller à des concerts. Si vous souhaitez suivre son parcours d’écriture, ou même simplement lui dire bonjour, vous pouvez la trouver sur Twitter.

A propos de l'auteur

Paul Dumas

Paul Dumas est un blogueur spécialisé dans les voyages depuis 2014. Son blog est un voyage moderne fournissant les meilleurs conseils, hacks et itinéraires pour vous assurer de vivre une aventure incroyable. Suivez-nous sur Instagram, Pinterest, Facebook et YouTube pour obtenir nos dernières mises à jour de voyage en temps réel.
Heureux
Heureux
0 %
Triste
Triste
0 %
Excité
Excité
0 %
Ennuyeux
Ennuyeux
0 %
En colère
En colère
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Note moyenne

5 Etoile
0%
4 Etoile
0%
3 Etoile
0%
2 Etoile
0%
1 Etoile
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *