L’impact du changement climatique sur le développement économique

L’impact du changement climatique sur le développement économique

Temps de lecture :11 Minute, 19 Seconde

Le changement climatique et le réchauffement de la planète sont des questions qui définissent notre époque. Les environnements et les systèmes météorologiques du monde entier sont altérés, menacés et détruits. Il nous incombe à tous de modifier notre mode de vie pour faire face à cette menace, et il est de la responsabilité de chaque gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour inverser cette tendance, malgré le coût temporaire mais nécessaire pour la qualité de vie.

Mais cela soulève une question : Les gouvernements des nations plus pauvres devraient-ils être autorisés à adopter une approche plus équilibrée, en tenant davantage compte des besoins de leurs populations en difficulté que les gouvernements des pays plus riches, dont les citoyens sont peut-être mieux à même de faire face à ces changements ? En bref, dans quelle mesure devrions-nous tenir compte du développement économique tout en abordant la crise climatique ?


Par Sarah Nicholas

J’étais à ma première manifestation des Vendredis pour l’avenir à Mumbai. L’ambiance était enthousiaste. Les gens scandaient des slogans avec passion, tenaient des pancartes avec des plaidoyers pleins d’esprit et désespérés exhortant le gouvernement à agir. Enfin, enfin, j’étais parmi un groupe de personnes qui ressentaient exactement la même chose que moi au sujet de la planète. Il y avait enfin des gens qui comprenaient l’ampleur de la situation.

Alors que je rentrais chez moi, remplie d’enthousiasme, un garçon s’est approché de moi et m’a demandé d’acheter une des roses qu’il vendait. Il était vêtu de vêtements déchirés et traversait manifestement une période difficile. Pourtant, il m’a souri, me disant qu’il voulait acheter de la nourriture avec l’argent que je lui donnerais. J’ai acheté la rose mais, en sortant, j’étais remplie de désespoir. En quoi ce garçon se soucie-t-il du changement climatique ? Que fait-il de la pollution plastique dans l’océan ? Il se bat pour manger un repas par jour, et il n’est pas seul. Il y a des millions de personnes comme lui dans le monde.

Cette pensée m’a traversé l’esprit de nombreuses fois lorsque je regardais des documentaires passionnés sur la conservation ; pourtant, lorsque je sors de chez moi, je vois des gens qui se battent pour joindre les deux bouts. Si moi, membre privilégié de la société, j’ai tant de mal à gérer mes finances et à essayer d’être durable, comment pouvons-nous attendre des personnes issues de milieux défavorisés qu’elles en fassent autant ?

Personne accroupie au-dessus de deux sacs blancs remplis de morceaux de charbon noir de la taille d'une paume, signe de la nécessité du développement économique.
À Kolkata, le charbon reste le principal combustible utilisé pour la cuisson des aliments.

La situation difficile de l’Inde : qualité de vie ou considérations écologiques ?

Pendant des décennies, l’Inde a occupé la première place d’un titre dont aucun pays ne veut : « Le pays comptant le plus grand nombre de pauvres au monde ». Ce n’est que récemment que le Nigeria a repris ce titre. Cependant, officiellement, l’Inde compte toujours 70,6 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (World Poverty Clock, 2018). Cela signifie que des millions de personnes en Inde vivent avec moins de 175 roupies indiennes (2,40 USD ; une roupie équivaut à peu près à 0,014 dollar américain) par jour et peinent à obtenir des produits de première nécessité tels que la nourriture, les vêtements et le logement.

Lorsqu’un pays se bat pour fournir l’essentiel à ses habitants, il n’est pas difficile de deviner, dans cette bataille entre la conservation et le développement économique, qui occupe la première place. Les gouvernements veulent augmenter leur PIB, améliorer la santé et l’assainissement, fournir de l’éducation et des emplois, augmenter les investissements, améliorer les infrastructures, fournir de l’électricité aux gens ; en dehors de l’économie et des emplois, la plupart de ces choses ne sont même plus un problème dans les pays développés.

Prenez le budget du gouvernement indien pour 2020 ; ils ont proposé 103 trillions INR (23,7 milliards USD) pour améliorer les infrastructures de transport et un montant encore plus élevé pour relancer le secteur agricole. Combien doit-on investir pour le changement climatique ? A peine ₹4400 crores* (5,6 millions USD) ; mais peut-on leur en vouloir ?

* ₹1 = 1 roupie indienne. 1 crore = 10 millions dans le système de numération indien.

Cela ne veut pas dire que l’Inde est à la traîne en matière d’énergie renouvelable. Bonne surprise, l’Inde est devenue l’un des marchés à la croissance la plus rapide pour l’énergie solaire. Le gouvernement a été très ambitieux dans ses objectifs et veut presque doubler sa part d’énergie renouvelable pour atteindre 40 % d’ici 2030. La production d’électricité est un besoin essentiel pour ce pays gourmand en énergie. En outre, l’Inde figure parmi les cinq premiers consommateurs de charbon, dont les deux tiers sont brûlés uniquement pour la production d’électricité. Cela représente beaucoup de CO2.

Les scientifiques nous ont prévenus que le monde doit s’efforcer de réduire complètement notre dépendance aux combustibles fossiles et de produire zéro émission d’ici 2050. Cependant, des études économiques ont mis en garde l’Inde contre l’arrêt brutal des services publics basés sur le charbon et le passage au solaire, en invoquant les risques pour son secteur bancaire et la stabilité du réseau électrique. Malheureusement, le gouvernement indien s’est exécuté et souhaite conserver le charbon comme principal moyen de production d’énergie dans les décennies à venir.

Les effets sur les îles de l’Inde

Les îles Andaman et Nicobar forment un archipel indien dans le golfe du Bengale. Ce groupe d’îles étonnantes a été au premier plan de la destruction causée par le tsunami en 2004. Les habitants ont perdu leurs maisons, leurs emplois et leurs proches. Leur vie socio-économique a été lourdement affectée.

En 2018, le groupe de réflexion politique du gouvernement indien, NITI Aayog, a annoncé un plan massif de  » développement holistique  » pour les îles. Il s’agit d’un vaste plan visant à promouvoir le tourisme et à offrir des facilités pour l’exportation. L’accent est mis sur la création d’emplois. Le plan prévoit la construction d’aéroports, de services de ferry et d’usines de désalinisation, ainsi que 220 complexes touristiques de luxe, 70 tentes de luxe pour les activités de camping et 50 tentes dans les 26 îles identifiées pour le projet.

Une plage de sable blanc avec un océan bleu clair au-delà, tout le contraire du développement économique.
De nombreuses plages des Andamans restent intactes et idylliques.

Pourtant, les défenseurs de l’environnement de la région, comme Pankaj Sekhsaria, ont déclaré que « le modèle de développement proposé n’a pas été élaboré en consultation avec les communautés locales ou l’administration et ne présente aucun avantage tangible clair et direct pour les habitants ». Selon lui, il « ne tient pas compte du contexte socioculturel, géologique et écologique de la région ». Prenons l’exemple de l’île d’Aves, une île vierge avec un littoral d’à peine deux kilomètres.

Le gouvernement a proposé aux constructeurs de construire 50 chambres de villégiature quatre étoiles en investissant ₹ 36 crores (5 millions USD) sur un terrain d’à peine 2,75 hectares. Les soumissionnaires ont exprimé leur inquiétude, affirmant que cela mettrait trop de pression sur le terrain, et que les déchets générés par ce nombre de personnes nuiraient à l’écologie de cet écosystème déjà vulnérable. À cela, le gouvernement a répondu en disant que les dispositions ne seraient pas modifiées. On peut donc s’interroger sur l’aspect « holistique » de ce modèle de développement.

Le problème en microcosme : le progrès à Mumbai

Sur une autre côte de l’Inde, se trouve sa capitale financière, Mumbai. Également appelée la ville des rêves, Mumbai abrite 12,8 millions d’habitants de tout le pays. Toujours en mouvement, il n’est pas surprenant que Mumbai soit l’une des cinq villes du monde où la circulation est la plus dense. Le gouvernement a désespérément exploré les systèmes de transport rapide de masse, mais ils semblent tous avoir un coût environnemental élevé.

Le gouvernement a proposé le projet de route côtière de Mumbai, qui devrait coûter 12000 crores (1,7 milliards USD) et s’étendre sur 35,6 km le long de la côte, reliant toute la côte ouest de Mumbai. Toutefois, les groupes de citoyens et les écologistes craignent que la récupération des terres le long de la côte ne détruise l’écologie unique de la région et les moyens de subsistance des communautés traditionnelles qui dépendent de la zone intertidale pour la pêche. Le projet est pour l’instant suspendu, mais le gouvernement continue d’exercer de fortes pressions en sa faveur.

Le gouvernement a également prévu d’abattre 2 185 arbres à Mumbai, à Aarey Colony, pour faire place à un nouveau projet de métro. Aarey est une zone densément boisée de 1 280 hectares, souvent décrite comme le poumon de la ville. Outre le fait qu’il s’agit d’un centre de biodiversité, il abrite également des communautés tribales vivant dans la forêt qui seraient expulsées de leurs maisons et de leur mode de vie.

Cela nous laisse une question : à qui est destiné ce développement, s’il nuit aux personnes qu’il est censé aider ? Il n’y a pas de réponse noire ou blanche à ce débat entre conservation et développement économique. La question est peut-être de savoir comment nous définissons le développement. Le progrès d’un pays se limite-t-il au nombre de gratte-ciel, d’industries et de technologies ?

Un petit royaume d’Asie semble offrir une alternative…

À l’heure où les citoyens demandent désespérément à leurs gouvernements d’agir, il existe un pays qui a déjà un bilan carbone négatif ; il s’agit du pays du dragon du tonnerre, le Bhoutan. Démocratie monarchique, le gouvernement du Bhoutan s’est engagé à protéger, conserver et améliorer son environnement vierge et à sauvegarder la biodiversité du pays. Lorsque le prince, Jigme Namgyel Wangchuck, est né en 2016, le roi, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, a ordonné la plantation de 100 000 arbres en l’honneur de la naissance de son fils.

Personne en robe rouge assise sur la marche d'une demeure rouge et blanche à flanc de colline, tenant un papier et regardant les collines vertes.
Bhoutan : Où les choses prennent un cours légèrement différent
Une personne en robe rouge se tient à un balcon orné et regarde les collines vertes et boisées.
Une perspective positive pour le Bhoutan donne de l’espoir aux pays voisins

Un autre
fait réconfortant concernant le Bhoutan est que le pays ne mesure pas la prospérité
la prospérité à travers son PIB, il la mesure à travers un indice unique
appelé Bonheur National Brut, qui mesure la santé spirituelle,
physique, sociale et environnementale de ses citoyens et de son environnement naturel
de ses citoyens et de son environnement naturel avant la croissance matérielle.
Le site
gouvernement fournit une éducation et des soins de santé gratuits à tous ceux qui
résidant dans le pays.

Cela ressemble à une utopie, n’est-ce pas ? Cependant, la jeune génération semble s’impatienter. Tsewang Norbu, ingénieur de 26 ans, pense que le Bhoutan vit dans une bulle et que le pays doit prendre le développement économique au sérieux. Il pense que le pays a besoin de développement, de plus d’industries et d’emplois pour pouvoir mieux appliquer ses valeurs socialistes. Il a des raisons de le penser. Le taux de chômage du Bhoutan a augmenté au cours des trois dernières années, passant de 10 % à 13,6 % et, en 2016, le royaume figurait sur la liste des « pays les moins avancés » de l’ONU.

Le changement doit être global, immédiat et rapide

Nous vivons dans une société capitaliste où l’argent semble indispensable à tout, qu’il s’agisse d’éducation, de soins de santé ou de survie. Cependant, avec les incendies en Australie, la destruction de l’Amazonie, les inondations en Indonésie et les tempêtes de neige, la nature nous a montré à quel point nous étions myopes. Contrairement à notre mode de vie, les ressources de la nature ne sont pas infinies.

En outre, le changement climatique ne fera qu’aggraver les problèmes de développement économique : les personnes défavorisées seront les plus durement touchées par les conséquences du changement climatique et l’écart de richesse ne fera que s’accroître. Les récents développements dans le monde entier ont prouvé que le coût de l’inaction sera beaucoup plus élevé que le coût de l’action immédiate.

Et pourtant, la question persiste : Le développement économique doit-il être synonyme de destruction de la nature ? Faut-il que ce soit l’un ou l’autre ? Nous vivons une période critique et nous ne pouvons pas nous permettre de regarder ce problème avec des œillères ; nous devons ouvrir notre regard. Nous devons comprendre ce à quoi le monde est confronté et accepter que nous n’en sommes pas séparés. Nous ne pouvons pas être unidimensionnels dans notre approche de la conservation ou du développement économique.

Ils doivent aller de pair. Des projets comme le Green New Deal nous donnent l’espoir que c’est possible. Nous avons besoin d’une approche véritablement holistique. Investir dans l’agriculture, oui, mais de manière à ce que le gouvernement donne aux communautés agricoles les moyens de renforcer leur résilience et de s’adapter aux changements climatiques sans épuiser davantage les précieuses ressources naturelles, mais plutôt en les améliorant. Investir dans le tourisme, oui, mais pas au détriment du paysage lui-même. Cela reviendrait à prendre une hache dans son propre pied.

Nous devons développer un modèle qui aide les gens à générer des revenus sans élargir leur empreinte carbone ou exercer une pression supplémentaire sur la terre. C’est là qu’interviennent des modèles comme l’écotourisme et les séjours chez l’habitant. Investissez dans la formation des habitants pour qu’ils puissent accueillir des hôtes chez eux, découvrir leur culture, vivre leur vie et voyager de manière responsable.

Investir dans les infrastructures, oui, dans l’architecture verte et les maisons autosuffisantes, dans les parcs qui absorbent l’eau de pluie et élèvent le niveau des nappes phréatiques, mais qui rendent aussi les zones environnantes moins sujettes aux inondations, et dans les jardins verticaux et les jungles urbaines le long des routes pour réduire la pollution.

Nous sommes en 2020, et pourtant notre définition du développement économique est aussi vieille que la révolution industrielle. Peut-être devons-nous redéfinir le développement et l’adapter à l’évolution des temps et des besoins du millénaire actuel.

A propos de l'auteur

Paul Dumas

Paul Dumas est un blogueur spécialisé dans les voyages depuis 2014. Son blog est un voyage moderne fournissant les meilleurs conseils, hacks et itinéraires pour vous assurer de vivre une aventure incroyable. Suivez-nous sur Instagram, Pinterest, Facebook et YouTube pour obtenir nos dernières mises à jour de voyage en temps réel.
Heureux
Heureux
0 %
Triste
Triste
0 %
Excité
Excité
0 %
Ennuyeux
Ennuyeux
0 %
En colère
En colère
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Note moyenne

5 Etoile
0%
4 Etoile
0%
3 Etoile
0%
2 Etoile
0%
1 Etoile
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *