Le déni et ses lourdes conséquences

Le déni et ses lourdes conséquences

Temps de lecture :11 Minute, 20 Seconde

Un examen des conséquences de l’effet de serre et des séquelles des gaz à effet de serre.

Les conséquences de l'effet de serre : Central Park New York vu d'en haut
Contributions visibles à l’effet de serre

Les séquelles des gaz à effet de serre

La Terre est en train de changer. Le début de l’année 2020 a marqué la fin de la décennie la plus chaude jusqu’à présent ; 2019 étant la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée. Que faut-il en penser ? À présent, nous sommes tous familiers avec le changement climatique. Pourtant, certains prétendent que c’est un canular et nient les changements réels qui se produisent sur notre planète. Avec tous les changements qui se produisent rapidement dans notre environnement et les très récents incendies en Australie et inondations en Asie, la soi-disant tromperie est devenue réalité. Bien que certaines personnalités très puissantes encouragent le déni, nous devons cesser d’ignorer les dommages causés par les gaz à effet de serre et commencer à agir pour stopper le changement climatique.

Une atmosphère remplie de gaz à effet de serre

Ceux qui prétendent que le changement climatique est un canular
vous diront probablement aussi que tous les gaz à effet de serre sont produits par la Terre
naturellement et que la surchauffe était inévitable, indépendamment de l’activité humaine. Mais était-ce le cas ?
inévitable ? Aujourd’hui, les scientifiques peuvent faire la différence entre la variation naturelle du CO2
et le changement causé par l’homme. C’est la part humaine du dioxyde de carbone
qui change et endommage l’environnement. Les facteurs naturels ne sont pas
stables, mais ils ne sont pas assez modifiés pour causer des changements environnementaux aussi radicaux.
changements environnementaux aussi radicaux. Pour simplifier, les gaz à effet de serre libérés dans l’atmosphère à cause des
inventions, des besoins et des désirs de l’homme sont la cause du changement climatique, car leur énorme quantité piège la chaleur et l’empêche de s’échapper.
En effet, l’énorme quantité de gaz à effet de serre piège la chaleur et l’empêche de quitter l’atmosphère.

Le dioxyde de carbone est la menace la plus évidente
car il représente environ trois quarts de toutes les émissions. CO2
provient de la combustion de gaz, de pétrole, de charbon et de déchets solides. Ensuite, il y a aussi
le méthane, l’oxyde nitreux et d’autres gaz industriels, dont on entend rarement parler.
rarement. Le méthane et l’oxyde nitreux ne persistent pas dans l’atmosphère aussi longtemps que le CO2.
Cependant, ils sont beaucoup plus puissants sur une période de 20 ans. Le méthane est un
composant du gaz naturel. Par conséquent, la plupart de celui-ci provient des industries du gaz naturel
et de l’agriculture. L’agriculture est également la source d’oxyde nitreux en raison de la combustion de ses résidus.
ses résidus. Le protoxyde d’azote provient des engrais, du fumier et du bétail.
et du bétail.

L’après-coup : L’effet de serre

La planète entière ressent l’impact des gaz à effet de serre : le temps, les plantes, les animaux, les gens. Le changement climatique affecte les régimes climatiques et en crée de nouveaux, préternaturels, qui ont déjà provoqué des incendies inextinguibles et des inondations dévastatrices. Les catastrophes naturelles devraient devenir plus fréquentes et avoir des conséquences plus graves. Nous pouvons désormais assister simultanément à des hivers rigoureux avec des précipitations record dans une partie du monde et à des mois d’hiver doux et printaniers dans l’autre. Les étés ont également changé. La transition rapide entre des températures relativement basses et des températures extrêmement élevées, qui se produisent presque du jour au lendemain, a été signalée dans de nombreux endroits.

L’atmosphère se réchauffe, ce qui contribue à la fonte des glaciers et des icebergs. Avec la montée des eaux, il y a moins de terres. Les conditions de vie changent sur l’ensemble du globe.

L’homme peut toujours rendre son milieu de vie plus hospitalier, mais les plantes et les animaux n’ont pas ce choix. Avec la modification ou la disparition de leurs habitats, les espèces diminuent. Certaines sont au bord de l’extinction. Les modèles de floraison des plantes changent. Certaines fleurs alpines se sont éteintes à des altitudes plus basses parce que l’environnement est devenu trop chaud pour elles.

En février 2019, The National Geographic a publié un article sur le melomys de Bramble Cay, la première espèce de mammifère disparue en raison du changement climatique. De nombreuses espèces seront obligées de se déplacer vers des zones différentes, ce qui entraînera la disparition d’écosystèmes entiers….

tems changeront. D’autres espèces s’adapteront de différentes manières, car ces nouvelles pressions de sélection encouragent des changements dans leur forme qui leur permettront de survivre. Divers insectes, parasites et germes trouvent les températures plus chaudes favorables, ce qui affectera les agriculteurs et la production alimentaire. Le changement de climat influencera l’agriculture et la croissance des cultures. Les chaînes d’approvisionnement alimentaire seront interrompues, voire brisées. Le climat de certains pays changeant radicalement, ils ne seront pas en mesure de maintenir leurs industries alimentaires. Les pesticides devront se renforcer, ce qui coïncide avec le cercle vicieux des émissions.

Nous pouvons être en mesure d’améliorer nos conditions de vie
conditions de vie, mais échapper à l’air pollué est pratiquement impossible. Ce
pollution est causée par le charbon et le pétrole, les voitures fonctionnant au gaz, ou la combustion de
de déchets, qui libèrent de minuscules particules nocives dans l’air.
l’air. À notre tour, nous inhalons ces particules. Le simple fait de vivre et de respirer dans une
urbaine peut entraîner des dommages aux organes internes, la démence, le diabète, des problèmes de fertilité, etc.
… et la liste est longue. La pollution atmosphérique et le smog, dont le pire exemple
dont nous avons probablement assisté au pire exemple l’année dernière à New Delhi, sont des causes majeures de
maladies respiratoires. Étant donné l’avantage d’un environnement plus chaud, de nombreux virus
et bactéries causant différentes maladies se répandront, se développeront et muteront
plus facilement et plus rapidement.

Déni et obstacles à l’effet de serre

Nous ne pouvons pas dire que le changement climatique est inexistant, ou du moins nous ne devrions pas. Nous ne pouvons pas dire que nous ne savons rien de l’effet de serre, et nous ne pouvons pas non plus dire que nous ne le savions pas. Depuis environ 200 ans, l’humanité connaît le fait que l’atmosphère garde la planète chaude. Il s’agissait des calculs de Fourier. Bien plus tard, à la fin des années 20e siècle, les spéculations sur le fait que les gaz à effet de serre restent dans l’atmosphère et empêchent la sortie de la chaleur supplémentaire ont été corroborées par J. E. Hansen, un scientifique américain, qui a déclaré que « l’effet de serre a été détecté et modifie notre climat maintenant. »

Certaines personnes nient encore que les gaz à effet de serre
gaz à effet de serre sont responsables du changement climatique et du réchauffement de la planète. Ils prétendent que
le changement climatique est une conspiration dont le but est de ruiner les industries du charbon, du pétrole et du gaz.
gazières. Malheureusement, beaucoup d’entre eux sont des gens puissants qui mènent leur
vie loin des endroits qui sont maintenant touchés. Les riches seront les
seront les derniers à ressentir les conséquences du changement climatique, car le prix des
des produits que nous considérons aujourd’hui comme acquis. Il sera plus facile pour ceux qui ont
Il sera plus facile pour ceux qui ont plus d’argent de se les offrir. Donc, alors que beaucoup sont assis dans leurs bureaux à regarder leurs
revenus et écartent les faits concernant le changement climatique, le monde s’effondre derrière leurs fenêtres.
s’effondre derrière leurs fenêtres.

Le chemin vers un futur sans carbone est long
et plein d’obstacles. Les racines des émissions de gaz à effet de serre sont plus profondes qu’il
qu’il n’y paraît. Les véhicules électriques, par exemple, permettraient de réduire les émissions de CO2 d’émissions,
mais la production de leurs batteries provoque plus d’émissions que la production
de batteries ordinaires. Ensuite, il y a les matières premières, c’est-à-dire les « minéraux de conflit »,
nécessaires à la production de batteries pour véhicules électriques. Cela pose la
la question du travail déloyal et du travail des enfants dans les zones de conflit ravagées par la violence et dirigées par des personnalités influentes détenant des monopoles.
et dirigées par des personnalités influentes qui détiennent le monopole de zones riches en minéraux
minéraux cruciaux.

Que pouvons-nous faire contre l’effet de serre ?

Si l’on considère les événements récents, le changement climatique
le changement climatique n’a pas déclenché à lui seul les incendies en Australie. Cependant, les incendies sont
Cependant, les incendies sont exacerbés par les conditions fournies par le changement de température.
températures plus élevées créent des sols plus secs et une végétation plus sèche qui brûle plus facilement et plus rapidement.
plus facilement et beaucoup plus rapidement. Il est dans la nature humaine de réagir lorsque nous sommes touchés. Lorsque
catastrophe a frappé l’Australie, le monde a réagi. La planète entière n’a pas
n’en a pas ressenti directement les effets, mais tant de personnes dans le monde entier
ont essayé d’aider. Nous devons faire de même pour les émissions de gaz à effet de serre. Nous avons vu
beaucoup de catastrophes, mais que reste-t-il à venir ? Le monde ne fait peut-être que
chuchoter maintenant, et nous ne devons pas attendre qu’il crie. Nous devons garder à l’esprit
que les étincelles reçoivent rarement autant d’attention que le feu, et pourtant ce sont elles qui
ce sont elles qui font brûler les flammes.

Certains disent que nous vivons sur du temps emprunté, d’autres
que c’est une comparaison trop drastique. Mais est-ce bien le cas ? Il y aura toujours deux
deux côtés d’une histoire, mais le fait est qu’il n’y a plus beaucoup de temps, emprunté ou non.
ou autre, pour améliorer les choses. L’accord de Paris a été signé en 2015.
Les scientifiques développent des substituts aux combustibles fossiles et travaillent sur des technologies qui pourraient contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre.
technologies qui pourraient contribuer à réduire les émissions dans l’atmosphère.
l’atmosphère. L’importance des énergies renouvelables est mise en avant et prêchée à tous les coins de rue.
l’importance des énergies renouvelables est mise en avant et prêchée à tous les coins de rue, mais beaucoup d’entre elles sont encore en phase de développement. Il faudra
Il faudra encore au moins trois décennies avant que nous puissions complètement compter sur
les énergies renouvelables. Sauf que nous n’avons pas trois décennies.

Outre les personnes puissantes et les entreprises de grande envergure qui peuvent assurer un monde meilleur dans une certaine mesure, il existe des mesures visant à lutter contre l’effet de serre que tout le monde peut réussir à suivre.

L’importance de la sensibilisation

Il faudra peut-être un climatologue pour
pour comprendre l’effet global des gaz à effet de serre, mais il n’est pas nécessaire
mais il n’en faut pas un pour remarquer les niveaux excessifs de pollution que nous générons et les
changements environnementaux qui se produisent. Il n’en faut pas non plus pour comprendre
que ces deux choses sont liées, et que nous sommes nous-mêmes à blâmer pour ces changements.
changements, car nous sommes devenus trop confortables avec les produits qui nous sont offerts au prix des émissions de gaz à effet de serre de diverses sources.
au prix des émissions à effet de serre de divers secteurs, des industries lourdes à l’agriculture.
à l’agriculture. Il n’est pas non plus nécessaire d’avoir une formation scientifique pour comprendre
que le déni ne fonctionnera pas et que l’inactivité ne fera qu’exacerber cette
situation déjà difficile en matière d’émissions.

Nous devons commencer à vivre consciemment. Nous ne nous soucions peut-être pas tous de la planète, des océans, des animaux et des plantes… mais nous nous soucions tous de nous-mêmes. Si nous n’agissons pas pour sauver le monde, nous nous condamnons nous-mêmes. Chaque individu doit commencer à travailler pour réduire son empreinte carbone. Covoiturage. Choisir les transports en commun plutôt que la voiture. Opter pour la marche ou le vélo. Économiser l’énergie électrique. Manger moins de viande. Ne pas gaspiller la nourriture.

Les conséquences de l’effet de serre

Tout cela ne semble peut-être pas grand-chose, mais rien ne l’est quand on le fait tout seul. Parfois, je me dis qu’il ne sert à rien d’éteindre la lumière lorsque je sors de la pièce ou d’empiler des légumes dans mes mains pour éviter de prendre un sac en plastique de plus. Mais ensuite, je me dis qu’il doit y avoir des millions de personnes qui pensent la même chose et qui le font quand même.

C’est ce qui doit nous pousser à continuer. Oui, nous sommes petits. La différence que nous faisons est minime. Pourtant, si nous décidons de canaliser la résilience et la détermination individuelles dans une prise de conscience collective, nous pouvons inverser le cours du changement climatique, revenir sur la voie verte et rendre service au monde.

Nous devons commencer à travailler avec enthousiasme pour réduire activement les émissions de gaz à effet de serre et éviter l’effet de serre. C’est la seule façon de rétablir l’équilibre qui peut sauver notre planète et nous-mêmes. Il n’y a pas d’alternative. Nous devons préserver l’environnement, protéger nos sources de nourriture, les espèces menacées et l’ensemble de la population mondiale. Seule l’absence d’émissions peut garantir un avenir durable, et seul un avenir durable peut sauver le monde.


https://climate.nasa.gov/blog/984/

https://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2014/sep/15/97-vs-3-how-much-global-warming-are-humans-causing

A propos de l'auteur

Paul Dumas

Paul Dumas est un blogueur spécialisé dans les voyages depuis 2014. Son blog est un voyage moderne fournissant les meilleurs conseils, hacks et itinéraires pour vous assurer de vivre une aventure incroyable. Suivez-nous sur Instagram, Pinterest, Facebook et YouTube pour obtenir nos dernières mises à jour de voyage en temps réel.
Heureux
Heureux
0 %
Triste
Triste
0 %
Excité
Excité
0 %
Ennuyeux
Ennuyeux
0 %
En colère
En colère
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Note moyenne

5 Etoile
100%
4 Etoile
0%
3 Etoile
0%
2 Etoile
0%
1 Etoile
0%

One thought on “Le déni et ses lourdes conséquences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *