ZEPPELIN

Elodie Camus. 29 ans. Dessinatrice textile freelance et fondatrice de la marque de bijoux Zeppelin. Elle aime les motifs des papiers transparents que l'on trouve dans les vieux albums photo et dans certaines boites de chocolats, les arcs en ciel et la réglisse. Elle déteste les bretelles de soutiens gorges en plastique, transparentes et soit disant "invisibles", les grosse vagues (les moyennes aussi d'ailleurs), les limaces et les vers de terre !

/// Zeppelin, c’est…
Quoi ? Une jeune marque de bijoux.

Qui ? Elodie Camus, créatrice textile de formation (ESAAT- Roubaix et NUCA-Norwich/UK), 29 ans, originaire de la Drôme.
Où ? Basée à Berlin depuis 2009.
Depuis quand ? C’est à cette même date que je commence à développer mes premières pièces.
Pourquoi ? A force de travailler devant un écran d’ordinateur et en 2D avec le dessin textile, j’ai eu envie de créer des choses avec mes mains et de faire des objets. Et puis j’ai eu envie d’avoir mon truc à moi, mon projet personnel où je suis totalement libre.

/// Pourquoi le nom « Zeppelin » ?
Tout d’abord c’est un mot et une sonorité que j’aime. Il m’est venu au moment où je me suis installée à Berlin, je cherchais un nom qui ait un lien avec l’Allemagne. Le Zeppelin est un dirigeable inventé par Ferdinand von Zeppelin, un ingénieur allemand. Et puis ce nom évoque le voyage et l’exploration, ce qui correspond à ma manière de travailler.

/// Quel est « le truc en plus » de la marque ?
Je dirais que Zeppelin ne ressemble justement pas aux autres marques. C’est vraiment un projet personnel qui me ressemble à 100%. Je n’essaye pas de coller particulièrement à des tendances, je suis mon intuition, c’est comme ça que je m’amuse.

//// Tes bijoux en quelques mots ?
Ludiques, graphiques, colorés et atypiques.

/// Possèdes-tu des inspirations particulières ?
L’univers de la pêche et plus précisément ses accessoires sont une source d’inspiration depuis le début. J’aime l’esthétique de ces objets. Les couleurs, les matières et les formes sont magnifiques. En règle générale, ce sont les matériaux eux-mêmes qui m’inspirent.

/// Pourrais-tu nous en dire plus sur le procédé technique qui existe derrière la fabrication de chaque pièce ?
Chaque pièce est conçue comme un collage, j’assemble, je mixe et je ne me contrains pas à une seule technique. Au contraire, je les mélange, c’est ce qui donne aux créations ce caractère unique que je tiens à préserver. Jusqu’à maintenant, j’étais plus dans un procédé DIY (DoItYourself). Je cherche maintenant à réaliser certaines de mes pièces d’une manière plus professionnelle en faisant appel à des artisans.

/// Comment choisis-tu le matériau & où te le procures-tu (si c’est pas classé top secret) ?
Petits éléments en bois, matériel de pêche, pièces de bricolage, rubans et fils coton, mes matériaux proviennent d’horizons très différents, je les choisis pour leurs beautés et leurs singularités. Une forme, une couleur et/ou une matière, c’est le point de départ des créations.

/// As-tu en tête d’élargir la marque et d’ouvrir ta propre boutique un jour ?
L’aventure Zeppelin c’est d’abord un projet personnel sans ambitions commerciales particulières. Donc non je ne pense pas que j’ouvrirai ma propre boutique un jour. Par contre, je souhaite développer la marque en ayant plus de points de ventes, en collaborant aves des artisans et en travaillant avec des matériaux plus « nobles ».

/// Existe-il une cible particulière pour tes bijoux ?
Mes pièces plaisent en général à des personnes entre 25 et 35 ans, qui ont une sensibilité matières/couleurs/formes.

/// Des nouveautés dont tu pourrais nous faire part ?
Un nouveau matériau va faire apparition chez Zeppelin, la porcelaine. Des rubans à motifs feront aussi partie des prochaines créations. Et de nouveaux points de vente sont à prévoir…

/// Si tu avais un super pouvoir, lequel serait-ce ?
Me transformer en fourmi pour explorer les galeries d’une fourmilière ou alors comprendre le chant des oiseaux.

www.bijouxzeppelin.com / Page facebook