Ysterike et W/Sün

Au menu de la collaboration numéro 6…

Il y a d’abord Ysterike, une marque de vêtement née en 2010. Des couleurs pastels, des cols Claudine, des gros noeuds, des volants, des petits coeurs à répétitions, des influences 70’s, parfois 80’s, de la soie, du viscose, du coton à effet scintillant, des robes ludiques, déstructurées, un peu excentriques voire provocantes… Bref la marque porte bien son nom, on frôle tout juste la crise d’hystérie.

Puis il y a Waiting for the Sun ou W/Sün, pour les intimes. Des lunettes en bois qu’on prendrait presque pour des sculptures, des petites oeuvres d’art faites à la main avec un soin du détail irréprochable et une parfaite finition, on en devient très vite accro… Et quand on sait que W/Sun, c’est aussi un concept store, alors là on en perd carrément la tête.

 

Ysterike ♥ e-shop / facebook

 Ysterike c’est Sarah Lespagnol. 26 ans. Elle aime son job, son petit café au lait du matin et son Iphone. Elle déteste perdre du temps, les choux de Bruxelles et les sneakers compensées.

/// Ysterike, c’est qui, quoi, où et depuis quand ?
Ysterike est une marque de prêt-à-porter femme, basée sur Lille, depuis 2010.

/// Sarah, tu es la seule fondatrice d’Ysterike ? Pourrais-tu nous en dire plus sur ton parcours ?
J’ai commencé par une formation à St Luc en Design d’Objet, j’ai finalement affiné mon apprentissage par la double formation Styliste / Modéliste à Esmod. Après avoir travaillé 6 mois au bureau de style de La Redoute et 6 mois en tant qu’assistante styliste pour Valérie Barkowski, en Inde, j’ai décidé à mon retour de partir quelques mois en Italie… De retour en France, j’ai monté Ysterike.

/// Pourrais-tu nous raconter la petite anecdote derrière le nom de la marque ?
Un surnom devenu une thérapie.

/// Le mot d’ordre d’Ysterike c’est… ?
Le temps d’un vêtement, surtout, ne pas se prendre au sérieux.

/// Comment décrirais-tu le style d’Ysterike ?
Ludique, girly, dans l’air du temps.

/// Quel est le petit + de la marque ?
Son univers, ses petites quantités de production qui garantissent la rareté des collections, et mon suivi méticuleux sur tous les fronts : sourcing matière, création, développement, production, vente et communication.

/// Pourrais tu nous en dire plus sur le processus (des recherches aux mode de fabrication, tissus utilisés, etc.) ?
Il faudrait que j’écrive un roman pour ça… Mais je vais essayer de synthétiser pour 3petitspoints Magazine

Le process étant d’être comme une éponge à toutes les influences extérieurs, et ce tout le temps!
J’ai besoin de me créer un cocon créatif avant toute création de collection et aussi de me raconter une histoire autour de cette collection. D’ailleurs pendant cette période il peut souvent m’arriver d’être assez lunatique… Puis de manière assez naturelle, mon esprit fait le tri, et ma main prend le parti pris de dessiner telle ou telle courbe. En même temps viennent se greffer les salons de sourcing. Et arrive ce sentiment de peur, mêlé à la dilemme et à la torture; CHOISIR !!! Il faut choisir 1 an à l’avance qu’elle matière plaira aux potentiels acheteuses.

En ce qui concerne la prod et le développement j’ai la chance de travailler avec un atelier de production qui me connait bien, même chose pour les bureaux d’études et de développements, les explications de fiches techniques, volumes, protos se déroulent beaucoup mieux qu’au début. Une fois la collection montée, je réalise la campagne photo pour les salons pro. Oui le shooting est un moment très important car c’est un travail de 6 mois qui va être immortalisé !

S’enchaine une très courte période de prospection, vente, communication. Une fois la prise de commande arrêtée, il y a la validation du plan de co. Puis la commande des matières premières, la production et enfin la livraison en boutique. En espérant susciter l’hystérie à chaque nouvelle collection. La boucle étant bouclée, on peut tout recommencer pour une nouvelle collection ! L’un des « problèmes » de mon métier c’est que cela ne s’arrête jamais !

/// Où puises-tu ton inspiration ? Quelles sont tes influences ?
J’observe beaucoup les gens, les tendances et l’actualité. Et je suis, de part mon métier, boulimique d’infos mode. Quelques unes de  mes références : MOOD, Ffffound, Stylesight, Fooound, Another, Wad, Wonderland, Dazed & Confused et bien d’autres…

/// Qui voudrais-tu voir porter une robe Ysterike à tout prix ?
HAILEE STEINFELD.

/// Songes-tu à monter une boutique exclusivement  » Ysterike  » ?
Un jour oui.

/// Des actus dont tu voudrais nous faire part ?
Des soldes privées sur Lille pour la collection SS12, la diffusion de la prochaine campagne AW12.13 réalisée par Lisa Carletta, et la collection SS13 à terminer. En réflexion pour une réédition de type pièce unique de notre robe Mia (best de l’Eté 12).

/// Le mot de la fin ?
Accrochez-vous, n’oubliez pas vos rêves, c’est parfois plus compliqué que ce que l’on imaginait, mais au final, ça n’a pas de prix.

Waiting for the Sun ♥ e-shop / facebook  

Julien et Antoine. Créateurs des lunettes en bois, Waiting For The Sun. Ils aiment : le vélo, la bière, leurs amis. Ils détestent la vaisselle, détester faire la vaisselle et détester tout court.

/// Pourriez-vous nous parler du projet W/Sün ?
Un projet entre amis, né autour d’une bière. Une idée un peu saugrenue qui a fait son chemin pour finalement voir le jour après un long développement durant 3 années.

/// Pourquoi vous êtes-vous spécialisés dans les lunettes ?
A vrai dire on ne le sait pas vraiment ! L’idée est vraiment partie d’un délire sur la lunette en bois, puis sur différents designs dans des matières inattendues. Avec le succès des lunettes, nous avons persévéré dans ce domaine avec toute l’énergie que ça demande. Mais nous proposons aussi d’autres produits comme les ceintures en cuir, les skates ou encore les bougies via des collabs.

/// L’utilisation du bois, c’est pour rapprocher l’objet vulgaire de l’objet d’art & pourquoi ce matériau ?
Jouer avec les matières c’est le leitmotiv principal, en les mettant en œuvre dans des applications inhabituelles. Et puis le bois est une matière renouvelable et noble qui contribue à la réalisation de beaux produits… Tout simplement.

/// Pour ou contre la vague 80’s – 90’s qui refait surface dans la mode en ce moment ?
Forcément pour, surtout quand Kris Kross repasse a la radio. Après, on a du mal à croire au retour du Collaroshow le dimanche soir.

/// Les noms des lunettes sont particuliers, « 19,6 Noire », « Data Redux Vintage », « Madame Blanc »…
Inspirations du moment, uniquement. Les premiers modèles ont pour nom leur poids. Pour les collections suivantes, on a joué sur ce que les formes nous inspiraient.

/// Et vos inspirations ?
N’est-ce pas un secret de fabrication ? Plus sérieusement, tout nous inspire, des rencontres aux voyages en passant par des lectures, des blogs. Juste des envies quoi.

/// UNE icône incontournable pour vous ?
Jean Pierre Papin.

/// Vous collaborez avec des artistes notamment sur l’emballage des lunettes, comment choisissez-vous les artistes ?
Sur coups de cœurs.

/// Le projet W/Sün va plus loin qu’une collection de lunettes, pourriez-vous nous en dire plus sur votre concept-store Wait ?
Avant tout ce sont nos bureaux. On est ouvert au public et l’on propose des objets que l’on aime. Le seul vrai concept est que tout est à vendre. On a designé des produits pour ca, on en a chinés, on a cherché des produits que l’on aimait mais qu’on ne trouvait pas à Paris

/// Une actu dont vous voudriez nous parler ?
Une petite collab assez marrante avec nos amis de Papier Tigre qui sort dès le mois de Juin, toutes les infos dispos tres prochainement via notre facebook.

Passez donc leur faire un coucou au 5, rue Charlemagne à Paris !

♦ ♦ ♦

Photos + vidéo backstage : Lisa Boostani – Direction Artistique + graphisme : Isabelle LaydierStylisme : Ysterike – Lunettes : Waiting for the Sun – Collier : Joomi LimModèles : Nina et Margaux – Interviews et rédaction : Kelly Ajuelos et Isabelle Laydier