Théo Gosselin

Des clichés pris sur le vif, des photos cinématographiques, une lumière naturelle, une sensation de liberté, le tout retraçant un périple constant à travers mers, forêts et champs... C’est comme ça qu’on pourrait résumer les photos du jeune photographe, Théo Gosselin.
À 23 ans seulement, il signe son tout premier livre aux éditions du LIC, une série limitée à 460 exemplaires, déjà tous écoulés.

Hello Théo, comment vas-tu ?
Bien ! Toujours bien je crois.

Pourrais-tu quand même nous en dire un peu plus sur toi ?
23 ans, né au Havre, habite à Amiens, et travaille à Paris. Photographe sans vraiment l’avoir décidé, après des études d’édition et de design graphic. Amouheureux, plutôt simple et timide, grand fan de sandwich et pas très bon pêcheur.

La photographie pour toi, c’est quoi ? Et depuis quand la pratiques-tu ?
Je fais de la photo depuis 5 ou 6 ans. Pour moi la photo c’est une discipline artistique qui en regroupe beaucoup d’autres, c’est de l’amour, de la rigueur, du travail, de la curiosité, de l’imagination et… et, et… pffff c’est tout et rien en même temps. Question compliquée… Je ne me la pose pas vraiment, disons que la photographie est au pluriel, et j’en fait.

Comment qualifierais-tu tes photos en 3 mots ?
Pour moi elles sont obligatoires, apaisantes, et motivantes.

Es-tu plutôt argentique ou numérique ?
Argentique, je possède une préférence pour les objectifs fixes comme le 35mm f/2.

Pourrais-tu nous en dire plus sur ton projet « Precious Gift » ?
Precious gift est le nom donné à notre projet de voyage réalisé il y a un an à travers les Etats-Unis. Accompagné de mes amis nous avons traverser les States d’Est en Ouest, dans le but de réaliser un documentaire / roadmovie sur notre parcourt et nos rencontres. Un film, intitulé Goodbye Horses sur cinq gars qui essaye de faire un film.

Une anecdote de ce voyage ?
Après avoir roulé de longues heures à travers le Texas de nuit, on s’est arrêté en bordure de Houston, on a garé le van dans une rue, et exténué on s’est rapidement endormi, certains dans le van et Marvin et

moi, dehors sur le trottoir. On s’est reveillé avec 14$ dans nos chaussures et une couverture rose parfumée posée sur nous.

D’après toi, qu’est-ce qu’il faut pour qu’une photo soit réussie ?
Une connaissance des règles techniques fondamentales de la construction d’une image, du rêve réalisable, de l’amour et une histoire vraie.

Si tu n’étais pas photographe, vers quel corps de métier te serais-tu dirigé ?
Le graphisme, l’edition ou le cinéma…

Si tu devais citer…
Un photographe qui t’inspire ? Yougo Jeberg.
3 choses que tu aimes ? Elle, eux, nous.
3 choses que tu détestes ? La religion, les fascistes et le «hipstingswaggancelol».
Un personnage fictif ? Sam Gamegie.
Le film à voir avant de mourir ? Celui de sa vie !
La première chose à laquelle tu penses en te réveillant ? Maud Chalard.
Ta devise ? Jeune libre et immortel ?
3 centres d’intérêts ? Le cinéma, la musique, et les arts graphiques (le tout à 10000 km/h).
Le site web dont tu ne lassera jamais ? http://www.spion.com
Un endroit idéal ? La route ! Avec eux, avec elle.
Le pays où on s’y sent le mieux ? La France
Une chouette musique ? Upward Over The Mountain de Iron and Wine
Ta pire habitude ? Les doigts dans le nez…
L’expression que tu utilises un peu trop souvent ? « Pas forcément… »
3 choses indispensables à un voyage ?  Des amis, un transport et un minimum d’argent.

Des news à nous faire part ?
Un nouveau livre bientôt…

Le mot de la fin ?
Merci beaucoup !

Pour en voir plus, c’est là que ça se passe : theo-gosselin.blogspot.fr