Stephanie Clark

Stephanie Kelly Clark. Artiste américaine et pro de la broderie, elle possède une fascination pour les maisons. Elle aime s'inventer la vie des personnes qui y vivent. Elle aime aussi les trucs de grands-mères, et s'imaginer que quand elle brode, l'aiguille est comme un pinceau et les fils, les tubes de peinture. Elle déteste les chats.

/// Hello Stephanie, pourrais-tu nous en dire un peu plus sur toi ?
Bien sûr ! Je suis mariée à un artiste sculpteur qui exerce dans le Minimalisme. C’est comme ça qu’on arrive à se compléter ; je réalise des oeuvres à plat, et lui se passionne pour tout ce qui est en volume. On prévoit d’être pauvre jusqu’à la fin de notre vie. Etre pauvre nous pousse à être créatif, donc tant qu’on sera créatif, on sera heureux. Sinon j’ai une soeur jumelle, qui est, si ce n’est plus, aussi créative que moi. J’ai une étrange fascination pour les cimetières, je suis fan de tout ce est « kitsch », les comédies musicales et tout ce qui fait « grand-mère » : les napperons, les dentelles, les tapisseries, les bonnets de douche, les vieilles broches…

/// Et d’où te vient la passion pour la broderie ? 
Ma mère m’a montré les bases pour apprendre à coudre à la main, ça commence à remonter un peu. Mais au final j’ai surtout appris toute seule. Quand j’ai commencé, c’est un peu comme si j’appliquais les qualités que j’avais pour la peinture, je remplaçais le pinceau par l’aiguille. Je ne suis pas technique, je ne connais pas les noms qu’on utilise en couture, je fais surtout de l’expérimentation et c’est comme ça que la broderie est devenue ma principale source de création. Aujourd’hui j’en suis complètement dingue.

/// Comment procèdes-tu ?
Je pars toujours d’une photo, pour moi les références photographiques sont un must. Elles me paraissent indispensables (surtout pour un travail détaillé). Puis je choisis la taille du tambour à broder et je tends la toile dans le cercle. Je fais un rapide croquis, un truc bâclé juste histoire d’inscrire la composition et le placement de l’image. Je sélectionne une petite palette de couleurs et c’est parti !

/// Tu sembles avoir une adoration pour l’architecture coloniale américaine… 
C’est particulièrement vrai pour ma série Habitations. C’est ce qui m’est de plus familier. Ces habitations sont toutes des maisons qui évoquent pour moi un souvenir, présent ou lointain. Ce sont des maisons, des caravanes, auprès desquelles je suis passée, que j’ai fréquentées ou dans lesquelles j’ai vécu. J’ai habité dans une petite ferme dans le Missouri, dans une maison Victoriennes à St Louis, et en ce moment j’habite à Salt Lake City où les maisons m’inspirent énormément.

/// Justement, pourrais-tu nous en dire plus sur ta série « Habitations » (cf. images) ?
L’idée m’est venue un soir où je me promenais avec mon copain, je lui ai avoué que j’adorais regardé à travers les fenêtres des gens. Je n’irai pas non plus jusqu’à me mettre derrière un buisson pour les espionner mais j’avoue tourner la tête dès qu’une fenêtre est ouverte (avouez que vous aussi…). Je suis observatrice et surement un peu trop curieuse, voir ce qu’ils font, ce qu’ils regardent à la télé, comment ils ont décoré leur maison, les posters hideux qu’ils ont accroché au mur, etc. J’aime bien la vision détachée qu’on peut avoir, observer les gens dans leurs petites boîtes, se demander ce qu’ils sont à l’intérieur comparé à ce qu’ils sont à l’extérieur, c’est une vision à la fois intrigante, belle et troublante. Les habitations que je représente sont un peut comme des portraits des gens qui y vivent. J’aime m’inventer des histoires sur leur vie. Quelque part, cette série reflète la carapace d’une famille, et la personnalité qu’elle referme grâce aux couleurs que j’utilise.

/// J’aime beaucoup ta façon de représenter le vide.
Je représente la petitesse d’une maison dans notre monde si vaste. Pour la plupart, la maison est un endroit d’évasion, parfois même un sanctuaire, quelque part où on peut s’isoler. Quand on est à l’intérieur on en oublie le reste du monde, tout ce qu’il y dehors disparait et c’est ce que j’essaye de traduire dans mes toiles.

/// Si tu devais citer là tout de suite,
– La première chose à laquelle tu penses en te réveillant ? Mon mari ou me faire à manger (ça dépend des jours).
– Un site web ? www.milesofsunshine.blogspot.com (le site de ma soeur jumelle)
– Un film ? « Meet me in St Louis »
– Une couleur ? Celles de l’arc en ciel
– Un objet ? Mon oreiller
– Un lieu ? La maison de ma tante Beth.

/// Des nouvelles croustillantes à nous révéler ?
Plein de nouvelles choses verront le jour d’ici peu, vous pouvez suivre mon actu sur mon blog et sur ma page facebook.