Sophie DLR

Sophie de La Rochefordière. 26 ans. Parisienne. Elle aime qu’on lui dise qu'elle est organisée, être énervée pour pouvoir acheter des choses chères sans complexer. Elle aime aussi Pipou, son petit mari (qui est d’ailleurs très grand), les kinder bueno et les mini shorts taille haute, ceux qui font pin up. Elle déteste les gens qui s’arrêtent en plein milieu du trottoir et les voitures qui ne s’arrêtent pas pour la laisser passer.

/// Peux-tu nous en dire plus sur toi et ton parcours ?
Oui je peux ! Quand j’étais petite, à chaque Noël, toute la famille m’offrait des boites de crayons / feutres / peinture, parce qu’ « elle adore dessiner cette petite ». J’en pouvais plus ! Surtout que je ne me servais que des feutres fluo à cette époque-là ! Après, j’ai grandi, j’ai même cru que j’aurai un métier normal avec des ppt et des comptes rendus de réunion. J’ai fait du commerce international. Puis, j’ai ressorti mes vieilles boîtes de crayons et me suis inscrite à l’atelier de Sèvres, à Paris, où on m’a forcée à dessiner tout le temps. C’était génial. Après j’ai suivi une formation en ingénierie web à HETIC, où j’apprenais à faire des jolis sites pour « l’Internet ». J’étais quand même la seule conne à postuler à cette école avec un carton à dessin sous le bras (et pas un pc portable). Pari gagné, j’ai tout fini, eu mon diplôme, et me voici graphiste/illustratrice en freelance, depuis 3 ans maintenant.

/// Comment décrierais-tu ton univers et ton style ?
A mes débuts j’étais fan -comme beaucoup- de Pénélope Bagieu. Ses chroniques de vie, son style féminin, je trouvais ça génial. Du coup évidemment, mes premiers dessins en sont très inspirés. Et puis petit à petit, j’en ai eu un peu marre de ce style un peu trop cartoon et mon envie a été de trouver un compromis entre le glamour et l’humour. La beauté et la farce. Faire quelque chose qui puisse être drôle, mais beau avant tout. Mon trait s’est affiné, mes visages sont devenus plus détaillés. Mais pour moi un style est en constante évolution, j’espère que ça changera encore.

/// Pourquoi avoir appelé ton blog ‘So Fille Mais Pas Que’ ?
En fait au début mon blog s’appelait une fille so fille (je m’appelle Sophie, tu vois pas le jeu de mots de la mort qui tue ??), et puis après, le côté trop girly me fatiguait, j’ai donc changé en So fille, MAIS PAS QUE (qui est encore ma page facebook), et aujourd’hui, c’est simplement mon nom. La simplicité mes petits, la SIMPLICITE. Y’ a rien de mieux.

/// Tu dessines et fais souvent de la BD, tu imagines sortir un livre ?
Je suis sur un projet de bouquin en ce moment. Un truc super chouette. Sinon l’année dernière j’ai illustré les 100 trucs à faire à Paris, écrit par Marie Messager (disponible ici). Mais j’espère qu’il y en aura d’autres ! J’aimerais beaucoup que quelqu’un m’écrive un scénario de dingue, et en faire une belle BD. A bon entendeur…

/// Tes actus et projets ?
Je fais des illus pour Diesel Loverdose, toujours quelques illus pour Paulette mag, d’autres illus pour les soirées Trenty’s www.trentys.fr/, mon fameux projet de livre, et encore d’autres projets en cours dont je ne peux pas parler… secret professionnel, you know…

/// Comment trouves tu l’inspirations, quelles sont tes références ?
Je fouine un peu partout, tout le temps… J’aime beaucoup les illustratrices Lucie Birant, Esra Røise, le peintre Igor+André, et le blog Yay ! Everyday, et j’en passe…

/// Où peut-on te croiser cet été ?
Deux possibilités : A Monaco, ou en Périgord…

/// Si tu devais n’emporter que trois choses sur une île déserte ?
Mon ordi (avec le wifi et tout hein), du monoi, et Pipou. Pour le reste, je laisserai pipou nous trouver de quoi manger.

/// Le mot de la fin ?
Waka waka.

Sophie DLR / Facebook