Sara Mautone

Sara Mautone. 20 ans. Etudiante et photographe italienne. Elle aime les rousses, Florence et son boulot. Elle n'aime pas la musique reggae, le froid et les couleurs fluo.

/// Pourrais-tu nous en dire un petit peu plus sur toi et ton parcours ?
Actuellement je vis à Florence, je suis étudiante en Info & Communication option Métiers du livre, contrairement à ce qu’on pourrait croire je n’ai pas étudié la photographie et je fais de mon mieux pour concilier mes deux passions que sont la photo et les livres. C’est depuis 2009 que je consacre une partie de mon temps à la photo, d’abord c’était dans un but perso, j’affichais mes photos sur un blog pour les montrer à quelques amis, puis petit à petit tout ça s’est concrétisé jusqu’à ce que je puisse en faire mon boulot principal aujourd’hui.

/// Et tes inspirations ?
L’inspiration me vient souvent en observant la modèle. Avant de commencer le shooting, je la mets en condition de sorte à ce qu’elle se sente à l’aise. La figure féminine fait partie des sujets récurrents de mes photos. J’ai tendance à adapter l’ensemble du travail à ce qui ressort de chaque modèle, leurs regards, ce qui les rend particulières. La musique est une autre grande source d’inspiration pour moi, je tente souvent de traduire l’ambiance de musiques qui me tiennent à coeur à travers mes photos.

/// Ton univers en quelques mots ?
Mes photos ne sont pas liées à un univers en particulier, ce sont juste les modèles qui flottent dans une atmosphère, mais les images n’ont ni lieu, ni temps. C’est ce que je préfère dans le domaine de la photo, on grave un instant et un souvenir pour toujours, tout en restant hors du cadre spatio-temporel.

/// Pourrais-tu nous en dire plus sur le stylisme de tes séries mode ?
Jusqu’à présent, je réalisais le stylisme toute seule, donc tout était au final très personnel (j’ai un faible pour la chouette boutique de fringues vintage à Florence, A.N.G.E.L.O). Puis dernièrement j’ai commencé à travailler avec des stylistes professionnels qui m’aident à trouver de nouvelles ambiances et expérimenter quelque chose de différent de ce que j’ai l’habitude de faire ou de voir. Pour les curieux, sachez que ce sera bientôt mis en ligne…

/// Quel appareil photo utilises-tu ?
Pour l’instant j’utilise un Canon, mais qui sait si ce sera toujours le cas plus tard…

/// Quel est le projet le plus cool sur lequel tu as bossé ?
Une campagne publicitaire pour les fringues d’Eleonora Carisi. Je l’adore en tant que styliste et elle possède un goût et une élégance vraiment remarquables, le résultat n’aurait pas pu être plus satisfaisant.

/// L’endroit où tu préfères photographier ?
Les champs verdoyants, enfin toutes les ambiances en plein air en fait. Contempler ces beaux paysages, c’est ce qui me permet de trouver la bonne atmosphère pour le shoot.

/// Comment te vois-tu dans 10 ans ?
Je me vois comme photographe, ou libraire… ou les deux ! Mais c’est encore beaucoup trop tôt pour en parler, j’aimerai d’abord poursuivre les études que j’ai entamées avant de vraiment me projeter.

/// Une anecdote amusante d’un shoot dont tu pourrais nous faire part ?
Il y en aurait surement plein mais celle-ci reste la plus mémorable. Le jour où je me suis retrouvée au milieu d’un champs, ma voiture était verrouillée avec les clés, mon portable et celui de la modèle à l’intérieur. Résultat : on ne pouvait joindre personne et il était déjà 20h, les moustiques commençaient à faire leurs apparitions… On est restées dehors pendant près de 2h ! Avec du bol, on est tombées sur un gars qui nous a aidé à briser la vitre pour récupérer les clés.

/// Si tu avais un superpouvoir, lequel serait-ce ?
Sans aucune hésitation, la téléportation !

/// Si tu pouvais photographier une personne connue, qui serait-ce ?
Daphné Groeneveld, à mes yeux c’est la plus belle femme au monde.

/// Des actus dont tu voudrais nous parler ?
Je ne vais pas tarder à installer un petit studio photo à Florence, donc je commencerai très bientôt la photo en intérieur, mais je ne laisserai pas la photo en extérieur de côté pour autant.

Sara Mautone / Facebook