Rebecca J Coles

Rebecca J Coles. 34 ans. Anglaise, issue de Somerset plus précisement. Elle n'a pour seuls outils que du papier recyclé et une paire de ciseaux. Elle aime les soirées d'été, surtout celles accompagnées d'un petit verre de vin blanc, voir son copain sourire et quand son chien court (on le confond parfois avec un kangourou). Elle déteste être débordée et, plus que tout au monde, les araignées.

/// Selon toi, quels sont les atouts principaux du papier ?
En fait, j’ai commencé avec le textile, que je découpais en plein de formes différentes, la tâche était rendue plus au moins compliquée selon le type de tissu… Et le papier m’offre la même alternative, il existe tellement de moyens de le manipuler, c’est infini. Dans mon travail ce que je préfère, c’est le principe de changer l’utilité première d’un morceau de papier pour en faire totalement autre chose. Puis le fait de pouvoir transformer une surface 2D en un objet 3D me fascine complètement. Pour moi travailler avec le papier allie nostalgie et souvenirs d’enfance, grâce au simple lâcher prise   qu’apporte le duo feuilles colorées et paire de ciseaux.

/// Selon toi, tes sculptures papier en 3D possèdent-elles un pouvoir que les oeuvres de l’art pictural n’ont pas ?
Non, je ne pense pas, pour moi tout ça reste subjectif. Il existe certainement des sculptures papier plus intéressantes que des peintures, et vice versa. Tout dépend de l’oeuvre et de la réaction qu’entretient le spectateur avec elle.

/// Quelques mots pour décrire tes travaux ?
Complexes, répétitives, et je l’avoue, elles me prennent beaucoup de temps.

/// Réalises-tu absolument tous tes découpages sans l’aide de machine ? Combien de temps, en moyenne, passes-tu sur une création ?
Oui, toutes les formes sont dessinées puis découpées à la main. C’est un aspect de mon travail qui semble être apprécié par beaucoup de monde. On m’a souvent demandé si je comptais passer un jour au découpage laser et la réponse demeurera toujours non. Parce que je considère le temps de production, qui peut aller de plusieurs jours à plusieurs semaines, aussi important que le résultat final.

/// Tes oeuvres évoquent principalement des cercles denses de papillons qui forment un encombrement organisé et parfois hypnotique. D’où te vient cette obsession & pourrais-tu nous en dire plus sur le processus qui se cache derrière ton travail ?
C’est très simple… Je commence par choisir une palette de couleur, je décide du format, je sors ma panoplie de papier en tout genre et puis je me mets à découper les papillons. Je plante une aiguille entomologique dans chaque papillon, et selon la composition, je les place à différentes hauteurs sur l’aiguille avant de les poser sur la toile finale. Puis, le tout est encadré, les cadres sont réalisés par un artisan près de chez moi, je fais tout le reste moi-même. Ce qui me plait, au delà des deux éléments qui réapparaissent souvent, à savoir le cercle et l’accumulation de papillons, c’est la géométrie et les formes graphiques du rendu.

/// Existe-t-il un but derrière chaque oeuvre ?
Le but initial de mes oeuvres est décoratif. 

/// Pour toi l’art d’aujourd’hui, c’est… ?
Tellement varié ! En général je porte un oeil assez singulier sur l’art. Si un truc me plait, peu m’importe l’intelligence du concept qui se cache derrière, même si c’est toujours intéressant d’avoir les analyses et critiques qui vont avec, je dirais que tant que ça plait visuellement, c’est le principal.

/// Où puises-tu ton inspiration et quelles sont tes influences artistiques ?
Enormément de choses m’inspirent… Le style d’une photo, une palette de couleurs, un jardin en fleurs, un entrepôt vide… C’est sans fin. Et si je devais vous livrer mes 4 sources d’inspirations préférées, ce seraient celles-ci : herriottgraceclaireloderflowersbybornayswarmhome.com.

/// Une petite anecdote que tu voudrais nous faire partager ?
J’ai eu une commande un peu insolite un jour, c’était pour un premier anniversaire de mariage où j’ai du me servir du mouchoir qu’avait utilisé la mariée pour sécher ses larmes le jour de son mariage. Au début je pensais que c’était une blague, mais au final, le projet a abouti sur quelque chose de très chouette.

/// Et côté news, ça donne quoi ?
De nouvelles choses seront publiées sur mon site d’ici peu…

Rebecca J Coles