Natalia Sanabria

Natalia Sanabria. 28 ans. Costa Rica. Illustratrice de mode à ses heures perdues. Elle aime le styliste Meadham Kirchhoff , les histoires de fantômes et la nature. Elle déteste la chaleur, regarder les infos à la télé et Riverdance.

/// Pourrais-tu nous dire qui se cache derrière ses illustrations très colorées ?
Bien sûr ! Je m’appelle Natalia, je suis née à San José, la capitale du Costa Rica, où je vis toujours. Je travaille à temps plein en tant que graphiste et dans mon temps libre je dessine énormément. J’ai obtenu un diplôme en Arts Graphiques et c’est après seulement que j’ai commencé à dessiner plus librement, ce qu’on ne nous laissait pas forcément faire en cours, et je n’ai pas quitté l’univers de la mode depuis.

/// Depuis quand dessines- tu ?
Depuis toute petite, j’aimais feuilleter les magazines de mode, aujourd’hui c’est ma première source d’inspiration. A cette époque j’avais pris quelques cours de dessin, mais rien de bien sérieux. Comme je l’ai dit juste avant, j’ai plus tard étudié le graphisme, pour me mettre ensuite à la peinture, de sorte à faire évoluer mes compétences en dessin. J’ai pris des leçons d’anatomie et j’ai aussi pas mal appris sur les différentes techniques, notamment le collage, l’acrylique et l’aquarelle. C’est à mon entrée en école d’art que j’ai réalisé qu’illustrer était vraiment ce que je voulais faire plus tard.

/// Comment décrirais-tu ton travail en quelques mots ?
Féminin, détaillé et réalisé avec un amour pour les différentes techniques en peinture.

/// Quelle est la chose que tu préfères dessiner ?
Le milieu de la mode ! Les backstages, les mannequins, les défilés, les tenues… En le dessinant, je me l’approprie tellement que c’est un peu comme si je faisais partie de l’événement, même sans y être. Mais la chose que je préfère dessiner par dessus tout c’est les cheveux, surtout les coupes un peu extravagantes avec des mèches colorées.

/// Quelle est ta technique de prédilection ?
J’utilise toujours les crayons pour essayer de rendre le dessin le plus parfait possible et j’adore le rendu aléatoire de l’aquarelle. Récemment j’ai commencé à utiliser des paillettes dans mes illustrations, ça donne beaucoup de texture et de jolies petites étincelles.

/// Qu’est-ce qui t’aide à être inspirée ?
Des motifs, des couleurs, les magazines de mode, Internet… Je suis toujours à la recherche d’images sources.

/// Et les artistes qui t’inspirent en particulier ?
C’est la représentation de la femme chez les peintres que réalisent Gustav Klimt, Degas et Toulouse- Lautrec qui me fascine. C’est à eux que je dois ma motivation première. Puis il y a les illustrateurs comme René Gruau, David Downton et Stina Persson.

/// Quelle est ta période de l’histoire de l’art préférée ?
Je vais dire l’Impressionnisme pour les techniques novatrices, l’utilisation de la couleur et la spontanéité de leurs peintures grâce aux jeux de lumière. J’aime cette sensation de croquis, de première ébauche, de dessin inachevé. Il y a aussi l’Art Nouveau, de l’architecture aux arts décoratifs, cette période a été un moyen d’intégrer l’art dans la vie quotidienne.

/// Si tu pouvais te transformer en l’une de tes figures, laquelle serait-ce ?
Ce serait l’une des mannequins de Meadham Kirchhoff. Je suis carrément obsédée par l’ambiance de chacune de ses collections !

Flickr / Behance