Littéraphisme

Il faudrait sans doute inventer un terme, et peut-être existe-t-il déjà, mais je ne le connais pas. Inventer un mot qui désignerait cette nouvelle littérature qui mélange écriture et graphisme. Peut-être littéraphisme ? Peut-être graphiture ? En tout cas il faudrait que ce mot sonne bien, qu'il soit imagé et qu'il en dise beaucoup en très peu de signes.

Le littéraphisme donc, c’est l’exercice de style auxquels se prêtent des artistes de plus en plus nombreux, héritiers de la micro-nouvelle, puis de la twittérature, qui allient un aspect graphique à des phrases ou segments de phrases, recréant en quelques mots une histoire, une situation, un paysage social. La forme ultra concise doit délivrer un message, être percutante voire choquante.
Et la forme visuelle quant à elle permet d’identifier le littéraphiste, chacun ayant ses couleurs, ses formes, sa police, bref son style.

Petit tour d’horizon non-exhaustif de ces fables contemporaines…

Adieu et à demain nous parle d’amour souvent impossible, de mélancolie acidulée d’un brin de cynisme, créant des antagonismes et des jeux de mots 2.0. Benjamin et Isidor Juveneton (les types louches et légèrement shizos qui se cachent derrière cet univers aigre-doux) associent souvent photos, fragments de dialogues, définitions redéfinies, pour questionner l’amour et le monde. Artistes aux multiples facettes donc !

Les Cartons, quant à eux, sont plus provocants, souvent graveleux. Le mystérieux Monsieur Lagarce réinvente pour nous ravir des insultes et des formules qui aurait fait frémir les Onze mille verges d’Appolinaire, le tout en larges lettres blanches sur fonds colorés, parfois l’inverse. Si l’on grimace parfois face à ses « Éponge à foutre », on ne peut malgré tout s’empêcher de rire et de trouver qu’au milieu de toute cette pornographie virtuelle, il y a pas mal de perles. Âmes sensibles s’abstenir !

Pour les plus délicats on peut recommander Formule140, dont la singularité graphique repose sur une écriture manuscrite à l’encre noire -genre BIC- qui vient marquer des mouchoirs en papier blancs.

Ici l’auteur interroge le lecteur, révèle des oppositions, des questions existentielles par le biais d’un jeu sur les mots, les sonorités, l’orthographe. Regard aigüe et tendre sur notre monde contemporain comme en témoigne ses « Shopping, cueillette des temps modernes » ou « Je rêve d’une licence en géographie de ton corps ».

Et pour finir, on ne peut oublier les inénarrables Paye ta shnek, en bleu, rose et blanc, qui rapportent telles quelles les « tentatives de séduction en milieu urbain ». Ici la création n’est pas dans ce qui est écrit (quoique parfois…!), mais dans le fait d’écrire, de retranscrire ces phrases entendues dans la rue. Entre militantisme contre le harcèlement de rue, et regard goguenard sur l’absurdité des propos rapportés, Paye ta shnek nous offre une dose d’humour et de surprise effarée à chacune de ces nouvelles tentatives : ça peut pas exister des types qui disent ça ! Si ça existe, et en plus ils sont nombreux vue la multiplicité de ces courtoisies contemporaines.

Si ces nouvelles formes d’expression sont nées sur Internet, le succès de certains artistes est tel que des livres, compilant leurs créations trouvent à se faire éditer et que l’on peut se les procurer non pas en e-book mais bien en version papier, dans la plupart des librairies. C’est en tout cas possible pour notre dernier exemple, Paye ta shnek, et Adieu et à demain proposent quant à eux leurs produits à la vente, histoire de donner une petite touche piquante aux murs de nos chez-nous.

Pour en savoir plus et suivre ces littéraphistes, leurs sites :
Adieu et à demain
Les Cartons
Formule140
Paye ta shnek


Kristelle Cardeur

 

Bruno Mangyoku

  • Stories
  • Illustration

Bruno est un illustrateur et réalisateur de films d'animations né à Paris en 1984. Sa révélation sur la toile est initialement due au buzz de sa vidéo "Tribute to Drive", une hymne au film de Nicolas Winding Refn, qu'il réalise avec son acolyte Tom Haugomat. Bruno nous fait l'honneur de nous accueillir dans son atelier, situé au coeur de Paris, qu'il fréquente avec un groupe d'amis d'enfance, aujourd'hui devenu un collectif d'illustrateurs que l'on peut retrouver ici, www.messieursdame.com.

Voir la vidéo