Eleanor Hardwick

Eleanor Hardwick. 18 ans. Une tempête de talent. Elle aime l’odeur après la pluie, les couleurs et ceux qui l’entourent. Elle ne déteste pas grand chose, sauf peut-être la haine et puis la mauvaise musique pop. Cet automne elle expose au "The Modern Artists Gallery" à Oxfordshire.

/// Peux-tu te présenter ? Tu es si jeune, comment la photographie est-elle entrée dans ta vie ?
Pour commencer, j’ai 18 ans, je vis à Oxfordshire en Angleterre. J’ai toujours su que mon but dans la vie serait de créer, quelque soit la forme que cela prendrait, tant que le processus implique la transformation d’une idée en une forme physique qui est l’expression d’amour et d’émotions. J’ai commencé à prendre des photos à l’âge de 12 ans et à les mettre sur internet. J’ai tout appris par moi-même. J’ai eu un retour très positif sur mon travail et c’est là que j’ai commencé à prendre cela de plus en plus sérieusement. La photographie est devenue ce que je devais absolument faire. Même lorsque je ne prends pas de photos, je pense à des photos, je travaille sur mes prochains shoots et je les planifie.

/// Peux-tu nous en dire plus sur tes inspirations? Comment trouves-tu des idées pour tes shootings ?
Je trouve l’inspiration partout et je ne cesse jamais d’en chercher. Je cherche en profondeur tout ce que je trouve intéressant et je garde toujours un carnet avec toutes mes idées. Parfois je me sens tellement inspirée par quelque chose que j’ai peur de ne pas avoir assez de temps dans ma vie pour créer tout ce que j’ai en tête. Cela explique surement pourquoi je suis une vraie « workaholic ».

/// Comment es-tu devenue célébre ? Comment des magazines comme Vogue, Marie-Claire, Elle Girl ont entendu parler de toi ?
A l’âge de 15 ans, Dazed & Confused ont découvert mon travail sur flickr et m’ont interviewée. Grâce à cela, la presse s’est intéressée à moi et j’ai commencé à recevoir des commissions pour des projets, en travaillant avec des équipes et des artistes géniaux. Aujourd’hui, je suis totalement dévouée à la photographie. Et c’est véritablement grâce à internet. Cela permet de donner la voix à des jeunes artistes du monde entier, je trouve ça très important. Je suis heureuse de voir que l’art à propos des adolescents puisse maintenant être créé par des adolescents même, et puisse être reconnu grâce à des sites comme flickr, rookiemag.com etc. Je pense que le monde de l’art doit se préparer à une génération de jeunes artistes en pleine émergerance… Je trouve ça très excitant.

/// Un mot pour décrire ton travail ?
Coloré.

/// Comment procèdes-tu pour tes shootings ? Cela te prend du temps ? Où trouves-tu les accessoires ?
Je commence toujours par une idée. Je fais des recherches dans des archives photos, des photos de famille, des magazines, des blogs ; je colle tout ça dans mon carnet et je dessine, peint ce que j’imagine. Je suis attentive aux collections de mode et j’essaie de trouver le moyen d’appliquer une tendance à un concept (références historiques, culturelles) et je transforme tout cela en une subtile histoire de mode. A partir du moment où j’ai une idée, elle m’obsède et j’y pense tous les jours jusqu’au jour où je la shoot. Parfois les idées me viennent deux jours avant un shooting, parfois je les planifie des mois voire des années avant.

Je peux travailler toute seule avec le modèle. Dans ce cas je trouve des accessoires chez des amis ou dans des friperies. Mais en ce moment je travaille de plus en plus avec une grande équipe de stylistes, artistes, designers ; la collaboration est d’autant plus inspirante que les idées fusent car chaque esprit peut interpréter un concept différemment.

/// Quel type d’appareil utilises-tu ?
J’utilise le plus souvent un Canon EOS 5d Mk mais il m’arrive aussi de shooter avec un Canon film SLR, un Yashica & Pentax point and shoots, des appareils jetables, un Polaroïd, un Fujifilm Instant ou bien même un appareil 3D.

/// Qu’est-ce que tu préfères shooter le plus, et où ?
Je shoot principalement ce que je connais le mieux : des adolescentes. J’aime shooter dans des lieux improbables, des endroits éclectiques qui portent une histoire.

/// Les vêtements que tu utilises sont superbes, comment les choisis-tu ?
J’ai souvent des stylistes qui travaillent avec moi et qui partagent mes goûts en termes de créateurs (j’ai un coup de cœur pour Meadham Kirchhoff, Christopher Kane, Comme des Garçons, Givenchy, Prada, Luella – Rest in peace !). Parfois je m’occupe toute seule des vêtements, en général j’utilise mes propres vêtements qui sont souvent vintages ou de jeunes créateurs. American Apparel et plusieurs boutiques vintages m’ont souvent prêté des pièces pour mes projets personnels.

/// Dans 10 ans tu auras 28 ans, où seras-tu à 28 ans ?
Je ne veux pas avoir 28 ans ! Je veux être jeune pour toujours. J’espère que je serai heureuse, en créant pour mes magazines, designers, musiciens, et galeries préférés.

/// Quelques mots à propos de tes illustrations ?
Mes illustrations ont été privées pendant un long moment. J’ai passé ma vie à dessiner mais je n’ai commencé que très récemment à les montrer sur mon site.

Mes illustrations sont complétements surréalistes, enfantines et psychédéliques. Elles sont toutes très spontanées, viennent tout droit de mon imagination et de mon subconscient, j’ai l’impression. J’admire le travail d’artistes comme Dali, Klimt, Kahlo, Henry Darger et Abigail Portner.

/// Une petite anecdote lors d’un shoot à partager avec nous ?
Je travaillais à l’étranger lorsque que le volcan en Islande est entré en irruption en 2010. On a fini par voyager à travers la moitié de l’Europe, on a traversé terres et mers pour rentrer. C’était une aventure très spéciale !

/// Si tu avais un super pouvoir, lequel serait-il ?
Respirer sous l’eau… Le monde sous l’eau est tellement magique. Je pense aussi que n’importe quel autre super pouvoir peut interférer avec notre destins et nos émotions.

/// Des projets à venir dont tu peux nous parler ?
Je travaille sur des projets incroyables en ce moment mais ils sont top secret !
Je vais aussi participer à une exposition avec Mirren Kessling, une artiste ado comme moi. L’exposition sera au The Modern Artists Gallery à Oxfordshire cet automne. Il y aura des installations diverses et variées et quelques pièces à vendre aussi.

http://eleanorhardwick.com / Modern Gallery Artists